• Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône
  • Icône social Instagram

 Philippe LAURO  - Opération Agrumes - ZA des Gonnets sud - 26390 Hauterives- 06 10 01 83 12 / 04 75 23 85 96

                             2018 - OPÉRATION AGRUMES - Tous droits réservé - Webmasters B2ID

C’est une troisième voie, encore trop peu connue du grand public, entre agriculture conventionnelle et agriculture biologique qui permet de réellement réduire l’utilisation des pesticides de synthèse, ce qui n’est pas le cas par exemple dans l’agriculture raisonnée.

 

La production intégrée est un système de production ayant une approche globale qui cherche à replacer l’agronomie au cœur des pratiques agricoles en tenant compte de tous les éléments (hommes, milieux, environnement...).

 

Dans ce système, on tend à remplacer au maximum les intrants extérieurs par des processus naturels de régulation que l’on cherche à favoriser. Il s’agit d’agir en préventif plutôt qu’en curatif, tout en respectant l’environnement

et la santé. Ce mode de production repose sur la mise en place de systèmes de cultures conçus pour limiter dès le départ les risques liés aux maladies, insectes, adventices. Il s’agit non plus de «lutter contre des ennemis» mais de rendre les systèmes de culture plus robustes vis-à-vis des bioagresseurs et de «protéger» les cultures plutôt que de «lutter contre». Cela permet ainsi naturellement de réduire fortement l’utilisation des pesticides. Même si ce système n’a pas de cahier des charges officiel, les grands principes sont édictés au niveau européen (directive 2009-128) et depuis des décennies par l’OILB puis l’INRA.

L’ agriculture intégrée se traduit par différents traitements qu’ Eladio pratique durant l’année; ils sont au nombre de trois :

-Au printemps, pour lutter contre le pou rouge de Californie, il utilise des huiles minérales qui sont aussi autorisées en agriculture biologique.

-Pour lutter contre la mouche Méditerranéenne une solution de sucre et de vinaigre suffit.

-En fonction des besoins, Eladio ajoute aussi des engrais biodégrables utilisés en agriculture biologique. Il s’agit principalement de nutriments dont l’arbre à besoin pour sa croissance et son bon état de santé, tel que l’azote, le phosphore et le potassium. 

 

De plus lors de la taille, les rameaux ne sont pas évacués mais broyés sur place ce qui, avec le temps, crée un sol plus fertile. On parle de bois raméal fragmenté. En fait, tout se passe comme si on reproduisait, en les accélérant, les processus en œuvre dans la formation de l’humus forestier. Pour en savoir plus sur cette technique vous

pouvez suivre ce lien : www.terrevivante.org